Sara Hossain, Chairperson of the Independent International Fact Finding Mission on the Islamic Republic of Iran 1
/
2:36
/
MP4
/
377.8 MB

Edited News | OHCHR

Sara Hossain, présidente de la Mission internationale indépendante d'établissement des faits sur la République islamique d'Iran 1


Malgré les efforts de la Mission d'établissement des faits pour engager le gouvernement iranien, ce dernier n'a pas accordé à la Mission l'accès au pays, ni répondu aux appels à des réunions.

 

La Mission a finalement collecté et préservé plus de 27 000 éléments de preuve. Elle a mené un total de 134 entretiens approfondis avec des victimes et des témoins, dont 49 femmes et 85 hommes, à l'intérieur et à l'extérieur du pays, et a recueilli des preuves et des analyses d'experts en informatique et médecine légale, ainsi que de spécialistes du droit national et international, entre autres. La Mission a examiné de près les documents officiels du gouvernement iranien, y compris les déclarations publiques des responsables, ainsi que 41 rapports du Haut Conseil iranien des droits de l'homme (reçus par d'autres organes des Nations Unies), et a également échangé avec le "Comité spécial d'enquête sur les troubles de 2022 en Iran".

 

La Mission a conclu que les autorités de l'État en Iran étaient responsables de violations flagrantes des droits de l'homme en lien avec les manifestations qui ont débuté le 16 septembre 2022.

 

L'enquête de la MFE sur le sort de Jina Mahsa Amini, la jeune femme irano-kurde de 22 ans dont la mort aux mains de la "police de la moralité" a déclenché les manifestations en septembre il y a deux ans, a révélé : "Nos conclusions, basées sur l'examen des documents médicaux et des preuves de traitement des femmes dans ces situations, montrent que la mort de Jena Moussa Amin était une mort illégale, et nous croyons que l'État en est responsable", a déclaré le Président de la Mission indépendante internationale d'établissement des faits.

 

Suite à la mort de Jina Mahsa, des manifestations ont éclaté à travers le pays et ont donné naissance à ce que nous connaissons maintenant sous le nom de mouvement "Femme, Vie, Liberté". Les jeunes femmes et les écolières étaient en première ligne, beaucoup enlevant leur hijab dans des lieux publics en signe de défiance contre des lois et pratiques discriminatoires de longue date.

 

Lors des manifestations, les forces de sécurité ont fait usage d'armes à feu, y compris des fusils d'assaut, ainsi que des balles métalliques et des pistolets à billes, causant des décès et de graves blessures. L'utilisation de AK 47 a été largement documentée, tuant un grand nombre de personnes dans les premiers jours et ayant un impact disproportionné sur certaines zones peuplées de minorités.

 

"L'utilisation d'une force aussi inutile et disproportionnée lors de manifestations largement pacifiques a entraîné des meurtres et des blessures illégaux de manifestants, avec des chiffres crédibles de 551 décès, parmi lesquels au moins 49 femmes et 68 enfants, dans 26 des 31 provinces d'Iran", a déclaré Sara Hossain.

 

Il y a eu un nombre disproportionné de décès dans les régions peuplées de minorités. Rien que le 30 septembre 2022, "le vendredi sanglant", dans la ville de Zahedan, province du Sistan et du Baloutchistan, des informations crédibles indiquent que les forces de sécurité ont tué 104 manifestants et passants, principalement des hommes et des garçons, le nombre le plus élevé de décès documentés en une seule journée pendant toute la durée des manifestations.

 

La Mission reconnaît la revendication du gouvernement selon laquelle environ 54 membres des forces de sécurité ont également été tués et de nombreux autres blessés. La Mission a demandé des informations au gouvernement sur les circonstances de ces décès afin d'enquêter sur ces situations en juin dernier, mais n'a reçu aucune réponse à ce jour pour lui permettre d'évaluer ces revendications conformément à sa méthodologie.

 

Les forces de sécurité ont également procédé à des arrestations arbitraires massives de manifestants. Le gouvernement iranien lui-même a annoncé que 22 000 personnes avaient été graciées en lien avec les manifestations, ce qui suggère que beaucoup d'autres ont été détenus ou inculpés.

 

 

La MFE a entendu de témoins, alors qu'ils étaient détenus, que de nombreux manifestants, y compris des femmes et des enfants, étaient détenus au secret, dans des conditions inhumaines, soumis à un isolement prolongé qui leur ôtait les aspects fondamentaux de leur dignité. "Les forces de sécurité les ont privés de tout contact avec leur famille ou leurs avocats et les ont mis hors de portée de la loi, dans certains cas dans des conditions assimilables à des disparitions forcées. Pour punir, humilier ou leur extorquer des aveux, les détenus ont souvent été soumis à des violences sexuelles et sexistes, y compris des viols collectifs et des viols avec un objet, ainsi que des passages à tabac, des flagellations ou des décharges électriques, des actes constitutifs de torture", a-t-elle déclaré.

 

 

Les procès ont été entachés de violations systématiques du droit à un procès équitable. La plupart des personnes jugées en lien avec les manifestations ont été présentées devant des tribunaux révolutionnaires, pour des accusations vagues de "corruption sur terre" ou de "guerre contre Dieu" en relation avec des actes ou des discours protégés. Beaucoup se sont vu refuser l'accès à un avocat de leur choix, n'ont pas pu accéder à leur dossier ou à des copies de leurs jugements. Les juges ont manifesté un parti pris clair contre les manifestants, rejetant systématiquement les plaintes pour viol, torture et mauvais traitements.

 

 

 

Sans tenir pour responsables les auteurs des violations dans le contexte des manifestations qui ont débuté le 16 septembre 2022, le cycle de l'impunité ne pourra être brisé. Sara Hossain a exhorté le gouvernement iranien à prendre des mesures immédiates et concrètes pour mettre fin aux exécutions, libérer immédiatement et sans condition toutes les personnes détenues arbitrairement en lien avec les manifestations, y compris les femmes arrêtées pour avoir défié le hijab obligatoire, cesser le harcèlement judiciaire des victimes et de leurs familles, leur fournir réparation, vérité, justice et réparations, et démanteler et dissoudre le système de persécution de l'application de ces lois et politiques.

 

 

 

FIN

 

 

À Genève :

Todd Pitman, Conseiller média Tél : +41 76 691 1761. E-mail : todd.pitman@un.org

Ahmad Azadi, Chargé de communication de la Mission d'établissement des faits en Iran, à ahmad.azadi@un.org

 

Taguer et partager - Twitter : @UNHumanRights et Facebook : unitednationshumanrights

 

 

 


HISTOIRE : Sara Hossain, Présidente de la Mission indépendante d'établissement des faits sur la République islamique d'Iran

TRT : 02:35

SOURCE : UNTV/OHCHR
RESTRICTIONS : AUCUNE
LANGUE : Anglais/NATS
FORMAT D'IMAGE : 16:9 
DATE LIMITE : 18 mars 2024 GENEVE, SUISSE
 

 

LISTE DES PLANS 

1.     Plans extérieurs : Palais des Nations

2.     Plan large : Salle 20

3.     DECLARATION (Anglais)— Sara Hossain, Présidente de la Mission indépendante d'établissement des faits sur la République islamique d'Iran:Nos conclusions ont montré, sur la base de l'examen des documents médicaux et des preuves de traitement des femmes dans ces situations, que la mort de Jena Moussa Amin était une mort illégale, et nous croyons que l'État en est responsable.

4.     Plan de coupe : Salle 20

5.     DECLARATION (Anglais)— Sara Hossain, Présidente de la Mission indépendante d'établissement des faits sur la République islamique d'Iran:L'utilisation d'une force inutile et disproportionnée lors de manifestations largement pacifiques a entraîné des meurtres et des blessures illégaux de manifestants, avec des chiffres crédibles de 551 décès, parmi lesquels au moins 49 femmes et 68 enfants, dans 26 des 31 provinces d'Iran.

6.     Plan de coupe : Salle 20

7.     DECLARATION (Anglais)— Sara Hossain, Présidente de la Mission indépendante d'établissement des faits sur la République islamique d'Iran:Femmes et hommes, garçons et filles, ont été violemment battus et arrêtés alors qu'ils dansaient, chantaient, écrivaient des slogans ou klaxonnaient en signe de solidarité pacifique. Après leur arrestation, les forces de sécurité ont transféré les détenus en masse de manière coordonnée vers des installations de détention non officielles gérées par le ministère du Renseignement, le Basij et les Gardiens de la révolution.

8.     Plan de coupe : Salle 20

9.     DECLARATION (Anglais)— Sara Hossain, Présidente de la Mission indépendante d'établissement des faits sur la République islamique d'Iran:Les forces de sécurité les ont privés de tout contact avec leur famille ou leurs avocats et les ont mis hors de portée de la loi, dans certains cas dans des conditions assimilables à des disparitions forcées. Pour punir, humilier ou leur extorquer des aveux, les détenus ont souvent été soumis à des violences sexuelles et fondées sur le genre, y compris des viols en réunion et des viols avec un objet, ainsi que des passages à tabac, des flagellations ou des décharges électriques, des actes constituant la torture.

10.  Plan de coupe : Salle 20

11.  DECLARATION (Anglais)— Sara Hossain, Présidente de la Mission indépendante d'établissement des faits sur la République islamique d'Iran:Des enfants ont été soumis à des exécutions extrajudiciaires, à la torture, au viol, et détenus avec des adultes. D'autres ont été emmenés dans des centres de détention pour mineurs ou des établissements de santé mentale visant à les « réformer ».

12.  Plan de coupe : Salle 20

13.  DECLARATION (Anglais)— Sara Hossain, Présidente de la Mission indépendante d'établissement des faits sur la République islamique d'Iran:Au moins neuf jeunes hommes ont été exécutés arbitrairement, à la suite de procédures hâtives et défectueuses qui ont ignoré les garanties élémentaires d'un procès équitable et d'un dû processus, créant la terreur parmi les autres manifestants. D'ici janvier de cette année, les tribunaux iraniens avaient prononcé au moins 26 condamnations à mort contre des personnes en lien avec les manifestations.

14.  Plan de coupe : Salle 20

15.  DECLARATION (Anglais)— Sara Hossain, Présidente de la Mission indépendante d'établissement des faits sur la République islamique d'Iran:Nous recevons des rapports glaçants sur l'utilisation par l'État de l'intelligence artificielle, y compris par le biais de nouvelles applications mobiles, pour surveiller et faire respecter la conformité des femmes et des filles aux règles obligatoires du hijab.

16.  Plan de coupe : Salle 20


Documents 1
Download Storyline
Download

Audio Files 1
Download Sara Hossain, Chairperson of the Independent International Fact Finding Mission on the Islamic Republic of Iran 1 (Edited Story)
Download

Similar Stories

Gaza: Polio alert and anarchy – WHO, OHCHR, UNICEF

1

1

1

Edited News | WHO , OHCHR , UNICEF

Gaza: Polio alert and anarchy – WHO, OHCHR, UNICEF ENG FRA

Poliovirus detected in Gaza sewage puts thousands at risk amid increasing ‘anarchy’ In Gaza, tests conducted by the Global Polio Laboratory Network have confirmed the presence of poliovirus in six sewage samples collected on 23 June from Khan Younis and Deir al Balah.

Gaza: Renewed deadly Israeli airstrikes - OHCHR

1

1

1

Edited News | OHCHR

Gaza: Renewed deadly Israeli airstrikes - OHCHR ENG FRA

Renewed wave of deadly Israeli strikes on Gaza must stop – UN Human Rights Office

Report on DPRK forced labour - OHCHR

1

1

1

Edited News | OHCHR

Report on DPRK forced labour - OHCHR ENG FRA

Institutionalised forced labour by the Democratic People's Republic of Korea constitutes grave violations of human rights – UN report

Sudan health update - WHO

1

1

1

Edited News | WHO

Sudan health update - WHO ENG FRA

Time is running out for starving civilians in Sudan, UN humanitarians warned on Tuesday, while talks involving the country’s warring parties continue in Geneva this week.

Health situation in DRC - WHO

1

1

1

Edited News | WHO

Health situation in DRC - WHO ENG FRA

DRC faces a severe humanitarian crisis with 25M in need and rising conflict-related issues.

Gaza health clinic reopens – UNRWA

1

1

1

Edited News | UNRWA

Gaza health clinic reopens – UNRWA ENG FRA

A gimmer of good news emerged from Gaza on Tuesday as patients returned to at a newly reopened UN health centre in Khan Younis, six months after it was severely damaged and forced to close by heavy fighting, the UN agency for Palestine refugees (UNRWA) said.

UN Human Rights Spokesperson Jeremy Laurence and Danielle Bell, head of Human Rights Monitoring Mission in Ukraine, on strike against hospital in Kyiv.

1

1

1

Edited News | OHCHR , UNOG

UN Human Rights Spokesperson Jeremy Laurence and Danielle Bell, head of Human Rights Monitoring Mission in Ukraine, on strike against hospital in Kyiv. ENG FRA

UN condemns attacks on Kyiv hospitals, calls for immediate action to protect civilians.

Gaza health update: WHO

1

1

2

Edited News | WHO

Gaza health update: WHO ENG FRA

In Gaza, soaring temperatures, hunger and unsanitary conditions present an ever more deadly threat to a population under constant attack, UN humanitarians warned on Tuesday.

Hurricane Beryl update: OCHA, WMO, IFRC

1

1

1

Edited News | OCHA , WMO , IFRC

Hurricane Beryl update: OCHA, WMO, IFRC ENG FRA

Hurricane Beryl smashes into Caribbean, turns sights on Mexico As Hurricane Beryl’s destructive path shifted to Mexico on Friday after roiling the Caribbean, UN agencies and partners said that the emergency response was underway, before warning that a very long and damaging hurricane season looks increasingly likely.

UNHCR IOM MCC: Report on risks faced by refugees and migrants on the central mediterranean route

1

1

2

Edited News | IOM , mcc , UNHCR

UNHCR IOM MCC: Report on risks faced by refugees and migrants on the central mediterranean route ENG FRA

Refugees and migrants continue to face extreme forms of violence, exploitation and death on sea and on land across Africa as they attempt to leave the continent, UN agencies said on Friday, in an appeal to border authorities to do more to protect them.

UN High Commissioner for Human Rights Volker Türk Update to the 56th HRC on the human rights situation in the Bolivarian Republic of Venezuela

1

1

1

Edited News | OHCHR

UN High Commissioner for Human Rights Volker Türk Update to the 56th HRC on the human rights situation in the Bolivarian Republic of Venezuela ENG FRA

UN Human Rights Chief Volker Türk at the 56th Human Rigths Council, made the following update on the situation of human rights in the Bolivarian Republic of Venezuela.

Gaza: new evacuation orders - UNRWA, WHO

1

1

1

Edited News | UNRWA , WHO

Gaza: new evacuation orders - UNRWA, WHO ENG FRA

New evacuation orders issued by the Israeli army for areas in southern Gaza are expected to impact 250,000 people, including eastern Khan Younis and Rafah, UN humanitarians said on Tuesday.