Earthquakes Turkiye - Syria: One year after - UNHCR - WHO - OSE Syria
/
2:47
/
MP4
/
203.7 MB

Edited News | UNHCR , WHO , OSE

Séismes en Turquie et en Syrie : un an après - UNHCR - OMS - OSE Syria


INTRIGUE

Un an après une série de tremblements de terre dévastateurs en Turquie et en Syrie, la situation de millions de personnes déplacées - et de leurs hôtes - s'est détériorée, ont averti les humanitaires des Nations Unies mardi.

«La Turquie est l'un des plus grands pays hôtes de réfugiés au monde, tandis que la Syrie, où des millions de personnes avaient été déplacées par la crise de 13 ans avant même que les tremblements de terre ne frappent, souffre d'une grave crise économique», a déclaré Shabia Mantoo, porte-parole du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), lors d'un briefing à l'ONU à Genève. Elle a ajouté que «en Syrie, environ 90 % de la population vit dans la pauvreté, 12,9 millions sont en insécurité alimentaire et 7,2 millions sont déplacés internes.»

Dans les premières heures du 6 février 2023, un tremblement de terre catastrophique a frappé la région frontalière entre la Turquie et la Syrie, faisant plus de 50 000 morts en Turquie et plus de 5 000 dans le nord-ouest de la Syrie, avec des milliers de blessés. La destruction a été considérable, avec des milliers de bâtiments, y compris des infrastructures clés telles que des écoles et des hôpitaux, s'effondrant sous la force du séisme.

«La Turquie accueille 3,4 millions de réfugiés, et le tremblement de terre a touché une région où vivent 1,75 million d'entre eux», a déclaré Mme Mantoo. «Malgré la réponse humanitaire impressionnante et inclusive de la Turquie, soutenue par des ONG, l'ONU et la communauté internationale, l'impact des tremblements de terre se fait toujours sentir tant chez les réfugiés que chez leurs hôtes turcs», a-t-elle ajouté. «Face aux besoins croissants, de nombreux réfugiés recourent à des stratégies de survie, réduisant les dépenses alimentaires et empruntant davantage», a déclaré la porte-parole du HCR.

«La catastrophe a déjà eu un impact douloureux sur le bien-être mental et émotionnel d'une population qui souffre depuis longtemps. Beaucoup ont perdu des membres de leur famille et des amis», a souligné Mme Shantoo. «Près de 60 000 décès ont été signalés dans les deux pays à la suite des tremblements de terre, des dizaines de milliers de personnes ont été blessées et des quartiers entiers réduits en ruines.»

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a signalé que les conséquences de la catastrophe dureront de nombreuses années, de nombreuses personnes continuant à vivre dans des abris temporaires.

«En Turquie, le tremblement de terre a créé des besoins de santé nouveaux et urgents dans les communautés touchées, y compris parmi les populations de réfugiés et d'accueil», a déclaré Tarik Jasarevic, porte-parole de l'OMS. «La catastrophe a perturbé l'accès aux services de santé, y compris les soins de santé maternelle et infantile, la vaccination, la gestion des maladies non transmissibles, le soutien en santé mentale, les services de handicap et de réadaptation.»

Depuis plus d'une décennie, la Syrie est aux prises avec un ensemble complexe de problèmes, notamment un conflit prolongé, une instabilité économique, des crises sanitaires telles que la COVID-19 et le choléra, en plus du récent désastre sismique de l'année dernière. Ces facteurs cumulatifs ont plongé la Syrie dans une urgence humanitaire et de protection sans précédent, maintenant dans sa 13e année. Cette complexité de défis, couplée au récent tremblement de terre, a considérablement exacerbé l'insécurité alimentaire dans le nord-ouest de la Syrie.

Jenifer Fenton, porte-parole du Bureau de l'Envoyé spécial pour la Syrie (OSE), a déclaré que «après les tremblements de terre, nous avons observé le plus faible niveau d'hostilités depuis une décennie, et une nouvelle attention diplomatique portée à la tragédie syrienne. Cependant, cela ne s'est pas traduit par de réels progrès. Tragiquement, l'année 2023 a connu les pires éruptions de conflits violents depuis des années, exacerbant encore la détérioration de la situation humanitaire, et un manque de progrès significatifs dans le processus politique.»

 - fin -


HISTOIRE : Séismes Türkiye, Syrie : Un an après : HCR, OMS, OSE Syrie

 

TRT : 2:46”

SOURCE : UNTV CH 

RESTRICTIONS : AUCUNE 

LANGUE : ANGLAIS / NATS 

FORMAT D'IMAGE : 16:9 

LIEU DE TOURNAGE : 6 février 2024 GENÈVE, SUISSE 

 

  1. Plan moyen extérieur : allée du drapeau de l'ONU  
  2. Plan large : orateurs au pupitre lors d'une conférence de presse 
  3.  EXTRAIT SONORE (Anglais) – Shabia Mantoo, porte-parole de l'Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) : “La Turquie est l'un des plus grands pays hôtes de réfugiés au monde, tandis que la Syrie, où des millions de personnes avaient été déplacées par la crise de 13 ans avant même que les séismes ne frappent, souffre d'une grave crise économique. En Syrie, environ 90 % de la population vit dans la pauvreté, 12,9 millions sont en insécurité alimentaire et 7,2 millions sont déplacés internes.”

4.     Plan moyen : salle de presse avec des journalistes

 

5.     EXTRAIT SONORE (Anglais) – Shabia Mantoo, porte-parole de l'Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) : “La catastrophe a déjà eu un impact douloureux sur le bien-être mental et émotionnel d'une population longtemps éprouvée. Beaucoup ont perdu des membres de leur famille et des amis ; près de 60 000 décès ont été signalés dans les deux pays à la suite des séismes, des dizaines de milliers de personnes ont été blessées et des quartiers entiers ont été réduits en ruines.”

 

  1. Plan moyen : journalistes en train d'écouter
  2. EXTRAIT SONORE (Anglais) – Shabia Mantoo, porte-parole de l'Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) : “


Documents 1
Download Storyline
Download

Audio Files 1
Download Earthquakes Turkiye - Syria: One year after - UNHCR - WHO - OSE Syria (Edited Story)
Download

Similar Stories

UN High Commissioner for Human Rights Volker Türk at 55 HRC on OPT.

1

1

1

Edited News

UN High Commissioner for Human Rights Volker Türk at 55 HRC on OPT. ENG FRA

UN High Commissioner for Human Rights Volker Türk on Thursday called for an end to the “carnage” in Gaza as he presented his Office’s report on the Occupied Palestinian Territory to the Human Rights Council in Geneva.

HRC 55 UN HC for Human Rights on OPT

1

1

1

Edited News | HRC , OHCHR

HRC 55 UN HC for Human Rights on OPT ENG FRA

UN Rights Chief calls for an end to “carnage in Gaza”

Gaza Update: OCHA - WHO

1

1

1

Edited News | OCHA , WHO

Gaza Update: OCHA - WHO ENG FRA

UN humanitarians deplore unacceptable conditions for medical evacuations and humanitarian aid delivery in Gaza

UN Secretary-General António Guterres and UN High Commissioner for Human Rights Volker Türk at the Human Rights Council

1

1

1

Edited News | OHCHR , UNOG

UN Secretary-General António Guterres and UN High Commissioner for Human Rights Volker Türk at the Human Rights Council ENG FRA

This is a time of seismic global shocks, with conflicts battering the lives of millions of civilians and carving ever deeper fault-lines across and between nations, UN High Commissioner for Human Rights Volker Türk warned on Monday at the opening of the UN Human Rights Council in Geneva.

Opening HRC 55:  UN SG - António Guterres, PGA - Dennis Francis, HC - Volker Turk

1

1

1

Edited News | UNITED NATIONS , HRC , OHCHR

Opening HRC 55: UN SG - António Guterres, PGA - Dennis Francis, HC - Volker Turk ENG FRA

In conflicts across the world, nations and their governments are ignoring “the rule of law and the rules of war” enshrined in the Geneva Conventions and the UN Charter, an alarming development highlighted by United Nations chief António Guterres at the opening of the Human Rights Council in Geneva on Monday.

Ukraine: Two years of war - UNICEF - IFRC

1

1

1

Edited News | UNICEF , IFRC

Ukraine: Two years of war - UNICEF - IFRC ENG FRA

Summary: UN warns of severe mental health impact on children and families in Ukraine due to ongoing war. Thousands of hours spent underground, leading to PTSD symptoms. Civilian casualties, displacement, and destruction of institutions exacerbate the crisis. Urgent need for psychological and emotional support, mine risk education, and comprehensive recovery efforts.