Gaza humanitarian update - UNRWA 06 May 2024
/
3:10
/
MP4
/
339.3 MB

Edited News | UNRWA

Mise à jour humanitaire à Gaza - UNRWA 6 mai 2024


La peur se répand à Rafah au milieu des rapports d'une intervention militaire israélienne imminente

Au milieu des rapports selon lesquels certains Palestiniens ont commencé à quitter Rafah avant une opération militaire israélienne anticipée dans la ville la plus méridionale de Gaza, les humanitaires de l'ONU ont insisté lundi sur le fait qu'ils n'avaient pas l'intention de quitter le centre d'aide vital.

« Il y avait vraiment beaucoup d'espoir ces derniers jours qu'il y aurait un cessez-le-feu. Donc, nous sommes vraiment dévastés de nous réveiller aujourd'hui et de constater la réalité que représente le largage de tracts et, vous savez, les rapports sur le début des évacuations », a déclaré Louise Wateridge, porte-parole de l'agence de l'ONU pour les réfugiés palestiniens, l'UNRWA.

Dans une alerte sur X lundi, l'UNRWA a averti qu'une offensive israélienne à Rafah signifierait plus de souffrances et de morts civiles. « Les conséquences seraient dévastatrices pour 1,4 million de personnes », a déclaré l'agence de l'ONU, avant d'insister sur le fait qu'elle « n'évacue pas : l'agence maintiendra une présence à Rafah aussi longtemps que possible et continuera de fournir une aide vitale aux personnes. »

S'exprimant depuis Rafah lundi matin pour les Nouvelles de l'ONU, Mme Wateridge a insisté sur le fait qu'il n'y avait « nulle part où aller » pour les Gazaouis dans la ville la plus méridionale de la bande de Gaza. La panique s'installe aussi, a-t-elle noté :

« Personne n'a de chemin clair où aller, il n'y a aucun conseil sur où aller, il n'y a aucune sécurité à laquelle se rendre. Donc, dans chaque circonstance, dans chaque famille maintenant, il y a beaucoup de panique et beaucoup de chaos, car même si nous entendons que les ordres d'évacuation sont confinés à une petite zone de Rafah, au centre-est de Rafah, vous pouvez imaginer que lorsque les gens commencent à bouger, la panique va se répandre. Déjà à l'extérieur de la fenêtre ici, nous sommes dans un Rafah plus central, les gens commencent à démonter des abris et à partir. »

Selon des rapports médiatiques, des largages de tracts par l'armée israélienne au-dessus de l'est de Rafah conseillaient aux communautés de se déplacer vers la soi-disant zone de sécurité d'Al Mawasi, à l'ouest de Rafah, au bord de la mer Méditerranée.

Les humanitaires de l'ONU ont précédemment rejeté des initiatives d'évacuation similaires de l'armée israélienne au motif qu'elles représentent un déplacement forcé.   « Al Mawasi est déjà une zone assez concentrée et n'a pas l'infrastructure en place pour accueillir des milliers et des milliers de personnes déplacées supplémentaires », a déclaré Mme Wateridge. « Donc, ce n'est pas vraiment une option si et quand les gens bougent ou décident de bouger vers cette zone, il n'y a pas grand-chose qui les attend là-bas. »

Plus de 400 000 personnes se réfugient déjà dans cette zone côtière, selon la dernière évaluation de l'agence de l'ONU, qui a signalé un afflux de personnes déplacées en provenance de la ville voisine de Khan Younis. Pour les aider, l'UNRWA dispose de deux centres de santé temporaires à Al Mawasi, ainsi que d'autres points médicaux nouvellement établis dans la région.

« Contrairement aux affirmations (contraires), ce n'est pas du tout sûr, car nulle part n'est sûr à Gaza », a insisté Juliette Touma, directrice des communications de l'UNRWA, lundi.

Reprenant l'alerte de l'UNRWA, le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) a également averti qu'un siège militaire et une incursion à Rafah « poseraient des risques catastrophiques pour les 600 000 enfants » qui s'y abritent.

Beaucoup « sont extrêmement vulnérables et au bord de la survie », a déclaré l'agence de l'ONU dans un communiqué, soulignant l'augmentation de la violence à Rafah et le fait que les corridors d'évacuation potentiels étaient « probablement minés ou jonchés de munitions non explosées ».

Toute action militaire sur Rafah entraînera probablement des pertes civiles très élevées tout en détruisant également « les quelques services de base et infrastructures restants » dont les gens ont besoin pour survivre, a maintenu l'UNICEF.

« Des centaines de milliers d'enfants qui sont maintenant entassés à Rafah sont blessés, malades, malnutris, traumatisés ou vivent avec des handicaps », a déclaré Catherine Russell, directrice exécutive de l'UNICEF. « Beaucoup ont été déplacés plusieurs fois et ont perdu des maisons, des parents et des proches. Ils doivent être protégés ainsi que les services restants dont ils dépendent, y compris les installations médicales et les abris. »

Dans un développement connexe, le chef du Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations Unies a déclaré que le nord de Gaza connaît désormais une « famine totale... et qu'elle se déplace vers le sud ».

Les remarques de Cindy McCain dimanche faisaient écho aux préoccupations sérieuses et répétées d'autres hauts responsables de l'ONU et de la communauté internationale concernant les restrictions et les retards d'aide imposés par les autorités israéliennes.

Bien que plus de nourriture commerciale soit apparemment disponible sur le marché autour de la ville de Jabalia dans le nord de Gaza, Mme Wateridge de l'UNRWA a insisté sur le fait que « en dehors de cela, il y a des poches et des zones dans le nord de Gaza où même les Nations Unies n'ont pas pu atteindre, d'autres agences humanitaires n'ont pas pu atteindre, et la situation pour les gens là-bas est tout simplement dévastatrice ».

Des attaques à la roquette sur le passage de Kerem Shalom au cours du week-end auraient tué trois soldats israéliens, entraînant sa fermeture. Ce serait un coup massif pour l'opération humanitaire si la même chose se produisait à Rafah, a insisté Mme Wateridge : « Le passage frontalier de Rafah est le plus grand et vraiment le seul endroit faisable par lequel nous avons pu faire entrer de l'aide. Donc, si des opérations militaires se produisent ici à la frontière, cela va impacter notre capacité à apporter de l'aide, à apporter des fournitures. »

Depuis le 7 octobre, lorsque les attaques terroristes menées par le Hamas dans le sud d'Israël ont déclenché un bombardement massif israélien et une offensive terrestre, au moins 34 680 Palestiniens ont été tués - dont plus de 14 000 enfants - et plus de 78 000 blessés, selon les autorités sanitaires de Gaza. Environ 1 250 personnes ont été tuées dans les communautés du sud d'Israël et plus de 250 ont été prises en otage.

fin


HISTOIRE : Mise à jour humanitaire de Gaza – UNRWA

TRT : 3’10”

SOURCE : UNTV CH 

RESTRICTIONS : AUCUNE 

LANGUE : ANGLAIS / NATS 

RAPPORT D'ASPECT : 16:9 / 9:16

DATELINE : 6 mai 2024 Rafah, Gaza

LISTE DE PLANS

  1. Plan moyen extérieur : allée du drapeau de l'ONU  

2.       EXTRAIT SONORE (Anglais) - Louise Wateridge, porte-parole de l'agence de l'ONU pour les réfugiés palestiniens, UNRWA, depuis Rafah : “Il y avait vraiment beaucoup d'espoir ces derniers jours qu'il y aurait un cessez-le-feu. Nous sommes donc vraiment dévastés de nous réveiller aujourd'hui et de faire face à la réalité du largage de tracts et, vous savez, des rapports sur le début des évacuations.”

3.       Large, étals et abris sous tente à Rafah, terre nue, flaques d'eau.

4.       EXTRAIT SONORE (Anglais) - Louise Wateridge, porte-parole de l'agence de l'ONU pour les réfugiés palestiniens, UNRWA, depuis Rafah : “Il n'y a nulle part où aller. Personne n'a de chemin clair où aller, il n'y a pas de conseil sur où aller, il n'y a pas de sécurité vers laquelle être conduit. Donc, dans chaque circonstance, dans chaque famille maintenant, il y a beaucoup de panique et beaucoup de chaos, parce que même si nous entendons que les ordres d'évacuation sont confinés à une petite zone à Rafah, au milieu-est de Rafah, vous pouvez imaginer que lorsque les gens commencent à bouger, la panique va se répandre. Déjà à l'extérieur de la fenêtre ici, nous sommes dans un Rafah plus central, les gens commencent à démonter les abris et à partir.”

5.       Large (vertical) : jeunes enfants marchant vers des abris sous tente avec des déchets éparpillés largement sur une berge sablonneuse.

6.       Louise Wateridge, porte-parole de l'agence de l'ONU pour les réfugiés palestiniens, UNRWA, depuis Rafah : “Al Mawasi est déjà une zone assez concentrée et n'a pas l'infrastructure en place pour accueillir, vous savez, des milliers et des milliers de personnes déplacées supplémentaires. Donc ce n'est pas vraiment une option si et quand les gens bougent ou décident de se déplacer vers cette zone, il n'y a pas grand-chose qui les attend là-bas.”

7.       Large (vertical) : beaucoup de déchets et de détritus laissés dans un creux sablonneux à côté des abris sous tente.

8.       Louise Wateridge, porte-parole de l'agence de l'ONU pour les réfugiés palestiniens, UNRWA, depuis Rafah : “Le poste frontière de Rafah est le plus grand et vraiment le seul endroit faisable où nous avons pu faire entrer de l'aide. Donc, si des opérations militaires se produisent ici à la frontière, cela va impacter notre capacité à apporter de l'aide, à apporter des fournitures.”

9.       Large (vertical) : enfants attisant un petit four extérieur devant des abris sous tente.

10.   Louise Wateridge, porte-parole de l'agence de l'ONU pour les réfugiés palestiniens, UNRWA, depuis Rafah : “Il y a eu plus de nourriture commerciale sur le marché autour de Jabalia, ce qui est vraiment prometteur à voir. Mais bien sûr, il y a des poches loin de Jabalia ; Jabalia est un endroit, c'est une ville où vous savez que le marché commercial est plus ouvert, mais en dehors de cela, il y a des poches et des zones dans le nord de Gaza où même les Nations Unies n'ont pas pu atteindre, d'autres agences humanitaires n'ont pas pu atteindre, et la situation pour les gens là-bas est tout simplement dévastatrice.”

11.   Large (vertical) : une route de terre avec des flaques d'eau et des gens marchant, des abris sous tente de chaque côté.

12.   Moyen (vertical) : un garçon marche devant la caméra, pieds nus.

13.   Large (vertical) : un homme traverse une grande flaque d'eau couvrant une route avec des gens massés à l'arrière.

Large (vertical)


Documents 1
Download Storyline
Download

Audio Files 1
Download Gaza humanitarian update - UNRWA 06 May 2024 (Edited Story)
Download

Similar Stories

Gaza health update - WHO

1

1

1

Edited News | WHO

Gaza health update - WHO ENG FRA

Concerns continue to grow over the impact of a possible polio outbreak in Gaza, amid disastrous sanitary conditions and a lack of access to health care, UN humanitarians warned on Tuesday.

Gaza: Polio alert and anarchy – WHO, OHCHR, UNICEF

1

1

1

Edited News | WHO , OHCHR , UNICEF

Gaza: Polio alert and anarchy – WHO, OHCHR, UNICEF ENG FRA

Poliovirus detected in Gaza sewage puts thousands at risk amid increasing ‘anarchy’ In Gaza, tests conducted by the Global Polio Laboratory Network have confirmed the presence of poliovirus in six sewage samples collected on 23 June from Khan Younis and Deir al Balah.

Gaza: Renewed deadly Israeli airstrikes - OHCHR

1

1

1

Edited News | OHCHR

Gaza: Renewed deadly Israeli airstrikes - OHCHR ENG FRA

Renewed wave of deadly Israeli strikes on Gaza must stop – UN Human Rights Office

Report on DPRK forced labour - OHCHR

1

1

1

Edited News | OHCHR

Report on DPRK forced labour - OHCHR ENG FRA

Institutionalised forced labour by the Democratic People's Republic of Korea constitutes grave violations of human rights – UN report

Sudan health update - WHO

1

1

1

Edited News | WHO

Sudan health update - WHO ENG FRA

Time is running out for starving civilians in Sudan, UN humanitarians warned on Tuesday, while talks involving the country’s warring parties continue in Geneva this week.

Health situation in DRC - WHO

1

1

1

Edited News | WHO

Health situation in DRC - WHO ENG FRA

DRC faces a severe humanitarian crisis with 25M in need and rising conflict-related issues.

Gaza health clinic reopens – UNRWA

1

1

1

Edited News | UNRWA

Gaza health clinic reopens – UNRWA ENG FRA

A gimmer of good news emerged from Gaza on Tuesday as patients returned to at a newly reopened UN health centre in Khan Younis, six months after it was severely damaged and forced to close by heavy fighting, the UN agency for Palestine refugees (UNRWA) said.

UN Human Rights Spokesperson Jeremy Laurence and Danielle Bell, head of Human Rights Monitoring Mission in Ukraine, on strike against hospital in Kyiv.

1

1

1

Edited News | OHCHR , UNOG

UN Human Rights Spokesperson Jeremy Laurence and Danielle Bell, head of Human Rights Monitoring Mission in Ukraine, on strike against hospital in Kyiv. ENG FRA

UN condemns attacks on Kyiv hospitals, calls for immediate action to protect civilians.

Gaza health update: WHO

1

1

2

Edited News | WHO

Gaza health update: WHO ENG FRA

In Gaza, soaring temperatures, hunger and unsanitary conditions present an ever more deadly threat to a population under constant attack, UN humanitarians warned on Tuesday.

Hurricane Beryl update: OCHA, WMO, IFRC

1

1

1

Edited News | OCHA , WMO , IFRC

Hurricane Beryl update: OCHA, WMO, IFRC ENG FRA

Hurricane Beryl smashes into Caribbean, turns sights on Mexico As Hurricane Beryl’s destructive path shifted to Mexico on Friday after roiling the Caribbean, UN agencies and partners said that the emergency response was underway, before warning that a very long and damaging hurricane season looks increasingly likely.

UNHCR IOM MCC: Report on risks faced by refugees and migrants on the central mediterranean route

1

1

2

Edited News | IOM , mcc , UNHCR

UNHCR IOM MCC: Report on risks faced by refugees and migrants on the central mediterranean route ENG FRA

Refugees and migrants continue to face extreme forms of violence, exploitation and death on sea and on land across Africa as they attempt to leave the continent, UN agencies said on Friday, in an appeal to border authorities to do more to protect them.

UN High Commissioner for Human Rights Volker Türk Update to the 56th HRC on the human rights situation in the Bolivarian Republic of Venezuela

1

1

1

Edited News | OHCHR

UN High Commissioner for Human Rights Volker Türk Update to the 56th HRC on the human rights situation in the Bolivarian Republic of Venezuela ENG FRA

UN Human Rights Chief Volker Türk at the 56th Human Rigths Council, made the following update on the situation of human rights in the Bolivarian Republic of Venezuela.